L'agroforesterie en question

 L’agroforesterie désigne l’association d’arbres avec des cultures et/ou des animaux.

 

Une grande diversité de systèmes agroforestiers inclut les grandes cultures, l’élevage, les productions pérennes comme la vigne et l’arboriculture… 

 

Une grande diversité de possibilités pour intégrer l’arbre : alignements intra-parcellaires, haies, arbres isolés, bordures de cours d’eau (valorisation des zones tampons).

 

L’agroforesterie moderne a une bonne rentabilité économique et s’adapte aux contraintes des exploitations  : faible densité d’arbres alignés à l’hectare, larges espacements, création de SIE.


10 idées reçues sur l'agroforesterie

Télécharger
10 idées reçues sur l'agroforesterie
Livret_IdeesReçues_AF_V.SiteCA.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

Agroforesterie et circulation de l'eau

Article issu de l'Agence de l'Eau Seine Normandie

En Seine-et-Marne, Rémi Seingier s’est récemment installé avec sa compagne Claire Bertrand sur 38 ha loués à Terre de liens, et s’apprête à reprendre en 2019 l’ensemble de la ferme parentale, ce qui représentera au total 130 ha cultivés en blé, luzerne, chanvre, colza, seigle et légumineuse, orge

L’agroforesterie pour limiter les effets du changement climatique

C’est au Brésil, où ils sont partis en 2008 à la rencontre de communautés paysannes, que Rémi et Claire ont découvert l’agroforesterie. Ils réalisent à leur retour que rien ne s’oppose à ce mode d’agriculture en Brie. Des chantiers participatifs et des subventions de l’agence de l’eau, ont contribué à réaliser la plantation de près de 2000 arbres de 19 espèces et de 9000 arbustes de 34 espèces, adaptés au climat de la région. Leur implantation a été réfléchie par rapport à leur rôle dans les parcelles : saules, frênes et chênes pédonculés sont plantés en contrebas pour capter l’eau stagnante au printemps. Ces plantations contribuent de plusieurs façons à l’adaptation au changement climatique : les racines favorisent la porosité du sol, qui contribue à une meilleure rétention de l’eau en période sèche et à un meilleur drainage en période humide. Les bandes arborées, écartées de 27 mètres, constituent des sanctuaires de biodiversité qui contribuent à la résilience de l’écosystème. Il s’agit également d’utiliser au mieux l’énergie lumineuse avec 3 strates végétales différentes qui captent les rayonnements et les transforment en biomasse.

Au-delà des arbres, un système agricole diversifié et en circuit court pour plus de résilience

Rémi et Claire ont également opté pour l’agriculture biologique, ce qui va dans le sens d’une moindre pression sur les milieux aquatiques et la biodiversité, et pour une diversité génétique de leurs cultures, ce qui les rend plus résilientes face aux divers risques climatiques. Ils participent au projet CASABIO avec l’INRA, qui consiste à choisir des mélanges aussi adaptés que possible : cette année, 4 variétés de blé sont testées en mélange et une par une. L’année prochaine, une variété ancienne de blé francilien sera semée. En termes de débouchés, le colza et le chanvre sont transformés à la ferme pour produire des huiles vendues en circuit court et à la ferme. Le blé transformé en farine part chez un artisan boulanger qui approvisionne en pains la boutique de la ferme. Enfin, Rémi accompagne de nouveaux arrivants qui souhaitent faire de l’agroforesterie ou de l’agriculture biologique, via l’association Agrofil.

La question de la transmission de la valeur des arbres est entière, car la plupart ne pourront être exploités que plusieurs décennies après le départ à la retraite de Rémi et Claire, mais leur intérêt immédiat pour une meilleure adaptation est manifeste.

 

Retrouvez l'article en cliquant ici.


Utilisons le même langage

« J’élague mes arbres pour avoir un tronc droit et sans branches. »

 

 

Deux notions différentes en une seule phrase :

 

  • Un élagage est une opération sylvicole qui consiste à supprimer les branches basses (jusqu’à 6m de haut) pour obtenir un volume maximal de bois exempt de nœuds. Un élagage terminé au tiers du diamètre d’exploitabilité permet d’obtenir 90% de volume de bois sans nœud, favorisant ainsi sa qualité, donc sa meilleure commercialisation. Il se réalise de bas en haut. Lors des élagages, veillez à ne pas endommager le bourrelet cicatriciel. Une branche ayant une circonférence de plus de 10cm mettra plusieurs années à cicatriser, réalisez donc les élagages annuellement.
  • Une grande longueur de fût sans courbure permet de commercialiser un volume maximal de bois. Le rendement matière et le prix au m3 sont alors plus élevés. La taille de formation permet donc de former une bille de pied la plus droite possible. Elle supprime les têtes multiples, les fourches ainsi que les branches obliques qui concurrencent la cime. Elle se réalise de haut en bas. Elle peut être effectuée dès la deuxième année fin mai ou après l’aoutement.

 


Ce site n'a pas pour vocation de présenter les atouts de l'Agroforesterie !

N'hésitez pas à naviguer sur internet, et notamment sur 

- l'AFAC-Agroforesteries : http://afac-agroforesteries.fr/

- l'AFAF : www.agroforesterie.fr

- le Rmt Agroforesteries : https://rmt-agroforesteries.fr/fr/